Découvrez notre chanson en l’honneur de la Journée Internationale des Droits de l’Homme!

Aujourd’hui 10 décembre 2015, Journée Internationale des Droits de l’Homme. A cette occasion, Lindley Couronne, Directeur de DIS-MOI, et le chanteur mauricien Alain Auriant utilisent leur talents d’écriture et de musique pour plaider pour un monde plus juste. Par la voix des interprètes Marie-Luce Faron et Alain Aurian, la chanson « Dis-moi » célèbre la Déclaration des Droits de l’Homme et les traités internationaux défendant les citoyens opprimés.

Titre de la chanson : Dis-moi.
Auteur : Lindley Couronne
Co-auteur : Alain Auriant
Interprètes : Marie Luce Faron & Alain Auriant.
Arrangement musical : Jean Luc Clair.
Batterie : Jean Michel Ayoung
Basse : Didier Baniaux.
Claviers : Geraldo
Guitares : Jean Luc Clair
Enregistrement et mixage : Richard Hein du studio Capricorne.
Production : Alain Auriant & Lindley Couronne
Edition : Alain Auriant.

Retrouvez la chanson aussi sur YouTube!

Paroles

Dis-moi le prisonnier hurlant sous les coups du bourreau
À coups de questions, de menaces et de coups au dos
Dis-moi que signifient ces mots qu’ils écrivent aux murs
Dis-moi la convention contre la torture.

Dis-moi les yeux de l’enfant brisé par l’adulte inconscient
Souillant son cœur de fée, son univers fait de mystères
Dis-moi si la vie d’un gosse mérite autant de misères
Dis-moi la convention des droits de l’enfant.

Refrain

Dis-moi quand prendront fin ces délires
Pour que le monde respire
Dis-moi la déclaration des droits de l’homme
Tels des mots qui résonnent et cartonnent
Que même les gosses fredonnent
Pour qu’enfin le soleil tonne.

Dis-moi la femme qu’on élimine par les flammes
Courbée sous le joug de la servitude
Violentée, exploitée, discriminée, incestuée
Dis-moi la convention des droits de la femme

Dis-moi la personne âgée qu’on a presqu’enterrée
Délaissée, à qui on ne donne plus le droit d’espérer
Oubliée par ceux qu’elle avait jadis tant protégé
Dis-moi la convention des personnes âgées.

Refrain

Dis-moi quand prendront fin ces délires
Pour que le monde respire
Dis-moi la déclaration des droits de l’homme
Tels des mots qui résonnent et cartonnent
Que même les gosses fredonnent
Pour qu’enfin le soleil tonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *